Souffler les mots - Irisyne

Souffler les mots - Irisyne

 

 

         Fragilité  


De nous, il est exigé

Des gestes forts et mesurés,

De ne jamais déroger

Aux règlements instaurés.

 

Et dans ce monde orchestré

Par une seule partition,

La bonne note est de montrer

L'image d'une perfection.


Sans détour ni préjugés,

Sans fuir la réalité,

Il est temps d'envisager

Toutes nos fragilités.


De nous, il est exigé

D'éluder nos déchirures

Et de surtout s'ériger

En êtres humains sans fêlures.


Et dans ce monde imagé

Façonné par nos envies,

Il est bon de s'adjuger

La meilleure part de la vie.


Sans détour ni préjugés,

Sans fuir la réalité,

Il est temps d'envisager

Toutes nos fragilités.



© 2008 - IRISYNE

 

 

 

 




Sans un seul mot



Tu en avais marre de la vie.

Tu nous confiais ton désarroi.

«Je ne sais pas quoi faire Marie,»

Ces mots résonnent encore en moi.


A ne plus croire en ton étoile,

Tu comptais toutes les secondes

Et ton regard n'était qu'un voile

Sur une mélancolie profonde.


Tu n'en finissais pas de vivre.

Ce matin-là, tu as choisi

Cet autre chemin qui délivre

Sans un seul mot, tu es parti.


Tu nous laisses le regret amer

De n'avoir su trouver les mots,

Ceux qui apaisent, ceux qui libèrent

Une âme brisée par son cachot.


Tu en avais marre de la vie.

Tu nous confiais ton désarroi.

«Je ne sais pas quoi faire Marie,»

Ces mots résonnent encore en moi.




Irisyne 2010

 

 

 

 

 



JE M'EN FICHE BIEN




Même avec les pieds dans la boue,

Enlisé dans une vie de fou,

Je lèverai encore les yeux

Vers les étoiles et vers les cieux.


Je ne crains pas les maléfices,

Les ruses et tous les artifices.

Je réponds à tous ces revers

Par une pirouette en vers.


Je n'ai pas peur des coups du sort

Des beaux parleurs et des retors.

J'ai dans le coeur un feu de joie

Qui embrase tous mes désarrois.


Même avec un visage moins lisse

Et de l'âge, les premiers indices,

Je me fiche bien du temps qui passe

Quand je suis sûr d'être à ma place.






Irisyne 2010



 

 

 

 

UN AILLEURS    

 

 

Mes désirs abondent

Dans un ailleurs plus tendre,

Au-delà des méandres

De mes vies vagabondes.

Pour ne pas effacer

Les rêves de mon enfance,

Je m'offrirai une chance

De tout recommencer.

 

 

Et oser...

Oser s'en aller...

Et oser...

Oser s'envoler...

 

 

Poser mes bagages,

Me frayer un chemin

Pour vivre dès demain

Dans un ailleurs plus sage.

Avant qu'on me convie

Au firmament du ciel,

J'ai déployé mes ailes

Pour agrandir ma vie,

 

 

Et oser...

Oser s'en aller...

Et oser...

Oser s'envoler...

 

 

Martine PHILIPPE   -  2008

 

 

 

 



26/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres